Burkina Faso: « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

C’est par des propos d’excuses que le capitaine Ibrahim Traoré et ses camarades ont entamé leurs échanges avec les secrétaires généraux des ministères dans la soirée de ce dimanche 2 octobre 2022.

« Depuis quelques jours, on a troublé vos sommeils, on a troublé le sommeil des Ouagavillois par les tirs. On n’a jamais voulu cela, mais ce sont les choses de vie », a lancé le capitaine Ibrahim Traoré.

Au cours de son tête-à-tête avec les secrétaires généraux des ministères, le capitaine Ibrahim Traoré, entouré de ses éléments, a appelé ses hôtes à aller rapidement.

« Nous devons faire en trois mois, ce qui devrait être fait en douze mois », a invité capitaine Ibrahim Traoré, appelant ses interlocuteurs à aller vite en évitant les lourdeurs administratives.

« Il faut de rythme, il faut aller vite, il faut abandonner les lourdeurs administratives », a insisté le capitaine, pour qui, l’urgence est à tous les niveaux ; de la sécurité à l’action sociale en passant par la santé.

Le président du MPSR a instruit à ces responsables de l’administration de repérer également ceux qui bloquent les dossiers dans les institutions. « Repérez ceux qui, dans les ministères, bloquent les dossiers. Ce n’est pas normal, ça crée des frustrations », a soulevé le président du MPSR, capitaine Ibrahim Traoré. Il a appelé « chacun » à faire ce qu’il doit dans son travail.

Le capitaine Ibrahim Traoré a enfin appelé chaque Burkinabè à la responsabilité. « Au Burkina Faso, on a l’art de rejeter tout sur l’autre », a-t-il effleuré dans cette rencontre qui a duré une vingtaine de minutes.

SOURCE: Lefaso.net

leave a reply