Championnat de basket-ball : Il a fallu Orange-Mali…

Le week-end passé, les responsables fédéraux du basket-ball malien avaient le sourire aux lèvres. Après des mois de doute et de pessimisme, le championnat national de première division (Hommes et Dames) a enfin donné son coup d’envoi le vendredi 22 avril avec les rencontres de la première journée.

C’est une véritable joie immense qu’Orange-Mali vient de procurer aux amoureux du basket-ball malien. Annoncée depuis janvier passé, la Ligue 1 n’a finalement démarré que 4 mois plus tard pour des raisons pécuniaires. Cela grâce à l’implication du sponsor officiel du basket-ball malien.

Alors qu’Orange-Mali avait du mal à accéder à ses comptes bancaires, pratiquement toutes les activités de la fédération étaient également bloquées faute de fonds. Tout étant désormais entré en ordre, l’opérateur de téléphonie mobile a mis le paquet pour relancer les activités fédérales. C’est ainsi que les basketteurs ont enfin retrouvé le plancher à la faveur de la première journée de la Ligue 1. Un ouf de soulagement pour eux !  « Ça faisait des moments qu’on attendait ce jour. On était impatients pessimistes quant à la tenue du championnat cette saison », laissaient-ils entendre dans les travées du Palais des Sports Salamatou Maïga.

Pour ces retrouvailles entre passionnés de la balle au panier, un match de gala a été aussi organisé entre les employés de la fédération et ceux du sponsor. En outre, Orange-Mali a offert aux invités musulmans le repas de rupture de jeûne. « Nous tenons à affirmer notre passion pour le basket-ball malien et notre disponibilité auprès de sa fédération avec laquelle nous sommes très satisfaits de notre partenariat. Ceci dit, nous continuons sur notre lancée de soutien et de solidarité avec le sport malien en général et le basket-ball en particulier qui a rapporté tant de trophées internationaux au pays. Pour maintenir cette dynamique, nous allons continuer à apporter notre soutien à cette discipline », a indiqué Mme Kéita Kamissa Mariétou Diakité du département Ethique.

Alassane Cissouma

leave a reply