Ciné Droit Libre Abidjan | Le cinéma pour combattre la ‘’Corruption : Le nouveau terrorisme’’

Yacouba Sangaré, coordonnateur général de CDL Abidjan Yacouba Sangaré, coordonnateur général de CDL Abidjan

C’est ce mercredi 16 novembre que s’ouvre officiellement à Abidjan, au Goethe institut, la 14è édition de Ciné Droit Libre – le Festival de films sur les droits humains et la liberté d’expression.

« Corruption : Le nouveau terrorisme » est le thème qui marque ladite édition placée sous le parrainage de Epiphane Zoro Ballo, ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption en Côte d’Ivoire.

« La corruption reste un phénomène assez présent notre société. Notamment, l’Afrique de façon générale et en Côte d’Ivoire, particulièrement, a relevé Yacouba Sangaré, coordonnateur général du festival. Le dernier classement de Transparency international (Rapport 2022) notre pays à la 106è place de l’indice de perception de la corruption. En Afrique la Côte d’Ivoire est la 20è pays le plus corrompu. C’est vrai que les autorités font beaucoup d’efforts avec la mise en place d’un ministère dédié à la lutte contre la corruption, mais il n’empêche qu’il reste encore beaucoup d’efforts. Il est donc important que d’autres acteurs moins étatiques participent à ce combat pour éradiquer ce fléau ».

 

Le Festival a donc décidé en cette 14è édition de sensibiliser les populations sur la nécessité d’œuvrer pour la promotion de la bonne gouvernance et de l’intégrité.

Pour marquer la soirée d’ouverture, il sera projeté au Goethe Institut le film « Silas » de Hawa Essuman et Anjali Nayar (Canada, Afrique du Sud, Kenya, 2017, 80 min) qui évoque la corruption au Libéria. Cette année l’invité du festival est le réalisateur allemand Christian Markus Schmidt, auteur du documentaire Mali 70 (Allemagne, 2022, 93min) qui met en lumière les légendaires musiciens maliens.

Au nombre des activités, les projections et débats au Goethe (4 soirées thématiques au Goethe Institut à Cocody) et dans les quartiers de Yopougon et Koumassi ; master class sur le film documentaire (jeudi) ; Atelier de formation des leaders de jeunesse de Koumassi sur la lutte contre la corruption (vendredi, à Koumassi au Foyer des jeunes) ; Concours de slam pour jeunes (Samedi au Goethe). La soirée de clôture le samedi au Goethe, sera dédiée à des thématiques sur la migration (projections de films, débats et spectacles) et les violences basées sur le genre (projections de films suivies de débats). L’apothéose sera le concert que donnera l’artiste afro soul, Jahelle Bonee.

 

Des films au programme :

 

  • L’art pour tous de Désiré Téhua (Côte d’Ivoire, 2022, 26 min)
  • Fly So Far de Celina Escher (Salvador, Suède, 2020, 88min)
  • Libye, les centres de la honte de Sara Creta (France, 2021, 60min)
  • « Côte d’Ivoire : le tribunal militaire contre la police » de Michaël Zumstein (France-Allemagne, 2020, 24 minutes)
  • Watba de Gideon Vink (Burkina Faso, 2022, 40 min)
  • An Te Kouman- Nos silences de Grégoire Couvert (France- Côte d’Ivoire, 2022, 52 min)
  • Le Mali 70 de Christian Markus Schmidt (Allemagne, 2022, 93min)
  • Pain, Pétrole et Corruption de Rémy Burkel, Denis Poncet (France, 2008, 90 minutes)
  • « Kahonam, une féminité amputée » d’Abubakar Surajudeen( Côte d’Ivoire, 2022, 90)
  • Les aventures de Nubu d’Honoré Essoh (Côte d’Ivoire, 2022, animation)
  • Bouyou et Tabli d’Honoré Essoh (Côte d’Ivoire, 2022, animation)

leave a reply