Crise au sein du CNPM : Un collège transitoire pour une sortie de crise !

Dans le souci constant de trouver une solution définitive à la crise qui étrangle le Conseil national du patronat du Mali (CNPM), les responsables du collectif des groupements professionnels et conseils patronaux de régions membres du conseil national du patronat du Mali, étaient le samedi 10 septembre 2022, face à la presse.

Objectif : donner les dernières évolutions de la crise et présenter les membres du collège transitoire composé des représentants de Mamadou Sinsy Coulibaly et de Diadié dit Amadou Sankaré. Ce collège aura la lourde tâche d’organiser des élections justes, transparentes et acceptées de tous.

Le principal conférencier, Maître Badian Hagge, a fait l’historique de la crise qui secoue le Conseil national du patronat du Mali depuis quelques années. A l’en croire, Mamadou Sinsy Coulibaly et Diadié dit Amadou Sankaré ont fait beaucoup d’efforts en vue d’aplanir les dissensions. C’est dans le dessein de tourner définitivement cette page sombre du Conseil national du patronat du Mali, que les deux parties, en toute indépendance, ont décidé la mise en place d’une administration provisoire. Les deux protagonistes ont, chacun, désigné 8 délégués pour composer le bureau de l’administration provisoire. D’ores et déjà, ledit bureau est investi de trois missions fondamentales. Il s’agit essentiellement d’élaborer un code électoral devant régir les élections au niveau du Conseil national du patronat, de gérer les affaires courantes pendant un délai de 6 mois et d’organiser des élections crédibles. « Contre toute attente, le bureau provisoire dirigé par Soya Golfa, a convoqué une assemblée en vue de restituer le résultat de leurs travaux, jugé de complot par les deux parties. Dans le cadre de leur projet final consistant à enfoncer le clou, l’ordre du jour de l’assemblée n’a fait l’objet d’aucune adoption comme cela doit être dans toutes procédures normalement. Cette volonté délibérée visait à faire avaler la couleuvre par les deux parties sans aucune résistance. Mécontents du fait que les statuts ont été amendés dans l’illégalité totale, les délégués ont boudé la salle. Car, l’administration provisoire a outre-passé ses prérogatives. Elle n’était pas man-datée à modifier le statut », a dénoncé. Face à cette situation qui s’apparente à une conspiration, et qui de toute évidence plongerait le CNPM dans une crise sans précédent, il fallait un front commun. « Quand vous trahissez la confiance de celui qui vous a mis en mission, de facto vous n’êtes plus digne de confiance. Au terme de l’article 356 du code civil, lorsque le mandataire fait des choses qui ne lui ont pas été autorisées, tout ce qu’il fait, est inopposable à celui qui l’a mis en mission. La relecture des statuts du CNPM ne relève pas de leur mission. Et dès lors qu’ils le font, ils sont sortis de leur mandat. Et ce qu’ils ont fait, n’est opposable ni à Mamadou Sinsy Coulibaly, ni à Diadié dit Amadou Sankaré. Si ces deux personnalités veulent, elles se présentent aux élections. Toute chose qui atteste que le contrat de mandat a été allègrement violé par l’administration.  Nous avions saisi le tri-bunal pour demander l’annulation pure et sim-ple des statuts. La modification n’est même pas matériellement possible parce que pour modifier les statuts il faut demander l’avis du comité statutaire. L’administration provisoire n’a pas de comité statutaire », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « C’est de violation en violation ! ils ont violé leur mandat. Ils ont violé les statuts qu’ils ont eux-mêmes modifié. C’est sur la base de ces différents renseigne-ments que nous avons le 5 septembre 2022 déposé une assignation aux fins de suspension des statuts issus de l’assemblée générale du bureau provisoire du CNPM. Nous avions également demandé la suspension des opérations électorales. La deuxième chose que nous avions demandé, c’est l’annulation pure et simple des statuts amendés par l’administration provisoire. Le juge a donné la date du 29 septembre 2022 pour statuer », a-t-il précisé. Dans le souci de trouver une solution pérenne à cette situation qui prévaut au CNPM depuis le dernier semestre 2020, les parties ont décidé de conjuguer leurs efforts pour une sortie de crise dans un meilleur délai. Pour ce faire, les deux parties ont décidé de mettre en place un collège transitoire composé de 11 personnes. La présidence de ce collège est confiée à Me Abouba Aly Maïga qui s’est en-gagé à remplir ses fonction avec loyauté et probité en vue de trouver une solution définitive à cette crise. Les autres membres sont : Youssouf Traoré dit Bani, Abdoulaye Hamidou Cissé, Bakary Yaffa, Barazi Amar Ibrahim Touré, Mme Simpara Astan Keita, Almamy Samory Touré, Djibril Touré, Abdramane fané, Ousmane Daou et Souleymane Koné.

Ibrahim Sanogo

leave a reply