Dr Ousmane Gaoual Diallo sur les gels des investissements du pays par la CEDEAO  » cela ne fera ni chaud, ni froid à l’État »

Depuis quelques jours, rien ne va plus entre la CEDEAO et la junte au pouvoir en Guinée.

Suite à la récente escalade verbale, le pays dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya s’est vu sanctionner par cette organisation sous-régionale.

Invité dans le journal Afrique de nos confrères du média international TV5 Monde, l’actuel porte-parole du gouvernement s’est exprimé sur les sanctions prises par les dirigeants ouest africains contre la Guinée. Pour Dr Ousmane Gaoual Diallo, Ministres des postes et télécommunications, que ce soit la communauté internationale ou la CEDEAO, personne ne viendra imposer son diktat.

« Nous avons déjà vécu une transition et nous n’allons plus jamais répéter la même chose sous le diktat de qui que ce soit. La communauté internationale, la CEDEAO, ils ne viendront plus nous dicter les conduites à tenir . Ce qui est important, nous voulons être des partenaires loyaux mais qu’ils nous écoutent. Personne ne connaît les problèmes de la Guinée mieux que les Guinéens…»

Poursuivant son intervention, il laisse entendre que les autres pays de la CEDEAO pourront en souffrir plus cette sanction.

« La Guinée ne peut pas être isolée. Nous sommes un pays, nous travaillons avec la bonne volonté avec tous les partenaires. Mais cela se fera dans le respect, nous ne craignons absolument pas et ça ne changera pas la trajectoire de notre gouvernance. Ce qui est clair, c’est que les sanctions qui sont annoncées par rapport au gel des investissements du pays, cela ne fera ni chaud, ni froid à l’État. Parce que la BID est une banque dont la Guinée est actionnaire et qui prête aux privés. Et si les sanctions devraient toucher celles-ci, y a des pays de la CEDEAO, la Côte d’Ivoire notamment, le Mali, la Gambie et la Guinée Bissau qui pourraient plus en souffrir parce que ça entraînerait tout simplement l’interruption de notre production d’électricité» a-t-il conclu l’ancien responsable de communication de l’UFDG.

leave a reply