Accueil

  • Région de Kidal : Un barrage change la vie de plus de 6 000 personnes

    Région de Kidal : Un barrage change la vie de plus de 6 000 personnes

    Le 20 avril 2022, le rêve des habitants du village de Touzek, situé à 40 kilomètres au sud-est de Kidal dans le Nord du Mali, est devenu réalité. Leur village a désormais un micro-barrage. Ce qui veut dire un accès plus facile à l’eau et à une agriculture plus prospère.

    Dans cette région désertique et minée par l’insécurité, les projets d’adduction d’eau de la MINUSMA sont une aubaine. À Touzek, la construction d’un barrage a eu un impact positif sur la vie de plus de 6 000 personnes issues du village et ses alentours mais aussi, sur des déplacés venus des autres régions notamment Ménaka et Gao.

    Le chef du village de Touzek, Rhissa Ag Mohamed ORAGH témoigne : « Avant, notre vallée perdait beaucoup d’eau de pluie faute d’infrastructures pour la contenir. La construction de ce barrage a permis de remédier à cela. Cette année, la quantité d’eau stockée est satisfaisante ». Ce notable de Touzek poursuit : « L’eau de ruissellement conservée par le barrage, nous aide jusque-là, à contenir la pression causée par l’arrivée massive des éleveurs ayant fui l’insécurité dans les régions de Gao et Ménaka ».

    D’un montant de plus 45 millions de francs CFA, ce projet exécuté par l’ONG locale BELHADI a, lors de sa mise en œuvre, permis de créer 50 emplois temporaires y compris pour 15 femmes.

     

  • Tombouctou : une opération citoyenne pour assainir l’environnement

    Tombouctou : une opération citoyenne pour assainir l’environnement

    La région de Tombouctou est confrontée à des problèmes d’assainissement et de salubrité, dues à une insuffisance d’infrastructures d’évacuation des déchets solides et liquides. Pour y remédier et en prélude à la commémoration de l’indépendance de la République du Mali, une opération d’assainissement de la commune urbaine de Tombouctou a été lancée le 20 septembre 2022.

    Initiée par le Gouvernorat de Tombouctou, cette action visait à inciter les populations à s’impliquer davantage dans l’amélioration de leur cadre de vie avec un environnement sain. Cette activité s’inscrit également dans le cadre de la première édition de la journée citoyenne d’assainissement. Organisée dans les cinq cercles de la région, elle doit inspirer un changement de comportement positif pour une plus grande durabilité du patrimoine naturel commun.

    Afin de répondre à ce besoin et sur demande des autorités, le bureau régional de la MINUSMA a remis un important lot de matériel d’assainissement pour faire de cette première édition un succès et pérenniser cette initiative.

    Les Casques bleus se joignent à la population pour assainir Tombouctou

    Les 20 et 21 septembre 2022, plusieurs associations de jeunes et de femmes des différents quartiers de la ville se sont impliqués dans les activités de nettoyage. D’aucuns sont sortis pour balayer et dégager le sable et les déchets qui obstruaient rues et caniveaux.

    Le Génie du contingent ghanéen de la MINUSMA a participé à cet effort en déployant des machines et des camions pour nettoyer en profondeur l’artère principale de la ville. Elle passe par la mythique mosquée de Djingarey Ber, le grand marché de la ville et le monument des martyrs. « Après l’hivernage, les voies sont dégradées et le bitume complètement recouvert de sable. Cet appui important de la MINUSMA nous permettra de pallier ce problème pour que la ville revête ses plus beaux atours qui honorent tous ses habitants, » a déclaré le Directeur régional de l’Assainissement de la Lutte contre les pollutions et nuisances (DRACPN).

    Pour le Directeur de cabinet du Gouverneur de Tombouctou, Mamadou TIMBELY, cette opération de grande envergure répond à plusieurs besoins : la célébration de la semaine nationale de la réconciliation, celle de l’indépendance du Mali et les préparatifs du Maouloud (Naissance du prophète Mahomet).

     

  • Guinée : L’ex président de la junte Moussa Dadis Camara rejoint son aide de camp Toumba en prison dans le dossier du 28 septembre

    Guinée : L’ex président de la junte Moussa Dadis Camara rejoint son aide de camp Toumba en prison dans le dossier du 28 septembre

    C’est désormais officiel, après plusieurs heures d’audition dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009, l’ex président de la junte Capitaine Moussa Dadis Camara vient d’être déposé à la maison centrale de Conakry. Il rejoint son aide de camp Lieutenant Aboubacar Sidiki « Toumba » Diakité, incarcéré il y a de cela plusieurs années.

    Dadis n’est pas le seul à rejoindre la maison centrale de Coronthie, il est accompagné des colonels Moussa Thiégboro Camara et Claude Pivi, tous les 3 à l’époque des hommes forts du CNDD.

    Cette incarcération arrive à 24h de l’ouverture du procès du massacre du 28 septembre. Et Les avocats de la défense ne sont pas laissés muets, ils dénoncent que cette décision « c’est une violation de la loi ». Ce qui reste sûr, c’est un grand feuilleton judiciaire qui commence en Guinée.

    Wait and see.

     

  • Guinée : l’ex président de l’Assemblée nationale Kory Claude Kondiano est décédé !

    Guinée : l’ex président de l’Assemblée nationale Kory Claude Kondiano est décédé !

    C’est une information qui est parvenue dans la presse guinéenne dans la matinée de ce mardi 27 septembre 2022. Selon nos confrères de la radio FIM FM, l’ancien président de l’assemblée nationale guinéenne Kory Claude Kondiano a passé l’arme à gauche.

    Décès survenu il y a quelques heures dans une clinique proche de l’aéroport international Ahmed Sékou Touré.

    Cet autre pilier de l’ancien parti au pouvoir RPG Arc-en-ciel est arrivé à la tête de l’Assemblée nationale en 2013, à l’issue des élections législatives.

    Âgé de 80 ans, il laisse derrière lui une épouse et 5 enfants.

    Toutes nos condoléances à la famille éplorée.

  • Dr Ousmane Gaoual Diallo sur les gels des investissements du pays par la CEDEAO  » cela ne fera ni chaud, ni froid à l’État »

    Dr Ousmane Gaoual Diallo sur les gels des investissements du pays par la CEDEAO  » cela ne fera ni chaud, ni froid à l’État »

    Suite à la récente escalade verbale, le pays dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya s’est vu sanctionner par cette organisation sous-régionale.

    Invité dans le journal Afrique de nos confrères du média international TV5 Monde, l’actuel porte-parole du gouvernement s’est exprimé sur les sanctions prises par les dirigeants ouest africains contre la Guinée. Pour Dr Ousmane Gaoual Diallo, Ministres des postes et télécommunications, que ce soit la communauté internationale ou la CEDEAO, personne ne viendra imposer son diktat.

    « Nous avons déjà vécu une transition et nous n’allons plus jamais répéter la même chose sous le diktat de qui que ce soit. La communauté internationale, la CEDEAO, ils ne viendront plus nous dicter les conduites à tenir . Ce qui est important, nous voulons être des partenaires loyaux mais qu’ils nous écoutent. Personne ne connaît les problèmes de la Guinée mieux que les Guinéens…»

    Poursuivant son intervention, il laisse entendre que les autres pays de la CEDEAO pourront en souffrir plus cette sanction.

    « La Guinée ne peut pas être isolée. Nous sommes un pays, nous travaillons avec la bonne volonté avec tous les partenaires. Mais cela se fera dans le respect, nous ne craignons absolument pas et ça ne changera pas la trajectoire de notre gouvernance. Ce qui est clair, c’est que les sanctions qui sont annoncées par rapport au gel des investissements du pays, cela ne fera ni chaud, ni froid à l’État. Parce que la BID est une banque dont la Guinée est actionnaire et qui prête aux privés. Et si les sanctions devraient toucher celles-ci, y a des pays de la CEDEAO, la Côte d’Ivoire notamment, le Mali, la Gambie et la Guinée Bissau qui pourraient plus en souffrir parce que ça entraînerait tout simplement l’interruption de notre production d’électricité» a-t-il conclu l’ancien responsable de communication de l’UFDG.

  • Procès du massacre du 28 septembre : le procureur de la cour pénale internationale est arrivé à Conakry !

    Procès du massacre du 28 septembre : le procureur de la cour pénale internationale est arrivé à Conakry !

    Demain mercredi 28 septembre 2022, s’ouvrira à Conakry le procès du crime de sang commis lors du 28 septembre 2009 au Stade du 28 septembre. Sur ce, le procureur de la cour pénale internationale CPI ne veut pas se faire conter l’événement. Dans la soirée de ce mardi 27 septembre,  Karim Khan KC est arrivé à Conakry en compagnie de la représentante spéciale des Nations Unies, Pramila Patten.

    À leur descente de l’avion à l’aéroport international d’Ahmed Sékou Touré de Conakry, ils ont été accueillis par le ministre de la justice et garde des sceaux Alphonse Charles Wright.

    Pour le procureur de la CPI, c’est le moment qu’elle peuple de Guinée attendait durant toute ses années, avant d’affirmer que « c’est un nouveau chapitre pour la Guinée ».

    «Je suis très content d’être en Guinée avec les guinéens pour participer au début de ce procès qui est très important pour la Guinée. C’est un moment que le peuple de Guinée attendait. Nous attendons que le procès des événements de 2009 puisse se tenir de façon crédible puisque les gens ont les yeux rivés sur la Guinée. Moi je garde la confiance. C’est un nouveau chapitre pour la Guinée.

    Je suis très reconnaissant du travail que le Gouvernement de la transition a abattu pour la tenue du procès du 28 septembre 2009. Je vais rencontrer le président de la transition et toutes les autorités guinéennes.

    Nous allons ensemble avec le gouvernement de transition œuvrer pour la réussite de ce procès symbolique. Le ministre de la justice Alphonse Charles Wright a pris un engagement avec moi, que le gouvernement va respecter tous les engagements qu’ils ont pris à l’international » a affirmé Karim Khan KC.

  • Sanctions CEDEAO : les États-Unis saluent ses mesures prises contre la Guinée ( communiqué)

    Sanctions CEDEAO : les États-Unis saluent ses mesures prises contre la Guinée ( communiqué)

    Dans un communiqué rendu public dans la soirée de ce mardi 27 septembre 2022, le département d’État américain a salué les sanctions prises par la CEDEAO contre la Guinée. Dans ledit communiqué, il affirme également qu’il soutient les actions de cette organisation sous-régionale qui vise à encourager un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

    Communiqué

    Les États-Unis saluent les mesures énergiques prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour défendre la démocratie en Guinée à la suite de son Sommet extraordinaire du 20 septembre à New York. Nous partageons l’inquiétude de la CEDEAO quant au fait que le gouvernement de transition n’a pas progressé dans l’établissement d’un calendrier de transition et l’organisation d’élections. Les États-Unis soutiennent les actions de la CEDEAO visant à encourager le gouvernement de transition à faire progresser rapidement la Guinée vers une démocratie constitutionnelle dirigée par des civils par le biais d’un processus transparent et consultatif.

  • Arrestation de Dadis Camara et Cie, François Louncény Fall réagit « l’heure de la justice a sonné »

    Arrestation de  Dadis Camara et Cie, François Louncény Fall réagit « l’heure de la justice a sonné »

    A jour j -1 de l’ouverture du procès du Massacre du 28 septembre 2009, l’ancien président de la transition guinéenne Moussa Dadis Camara et plusieurs autres personnes inculpées dans ledit dossier notamment les Colonels Pivi et Thiégboro ont été conduits à la maison centrale de Conakry. Sur ce, l’ancien ministre des affaires étrangères guinéen n’a pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux.

    Dans son tweet, François Louncény Fall a commencé par rappeler que l’heure de la justice à sonner avant tirer chapeau à l’actuel chef de la junte Colonel Mamadi Doumbouya.

    «  L’incarcération aujourd’hui à Conakry de capitaine Moussa Dadis Camara et 11 autres membres son groupe.  L’heure de la justice a sonné enfin après ces crimes de masse au stade du 28 septembre en 2009. Fin de l’omerta sur les crimes en Guinée. Bravo au colonel Doumbouya. » a t-il écrit sur son compte Twitter.

  • « Le général Sékouba Konaté doit pouvoir venir s’expliquer » dixit Me Cheick Sako, ancien ministre de la justice

    « Le général Sékouba Konaté doit pouvoir venir s’expliquer » dixit Me Cheick Sako, ancien ministre de la justice

    Depuis plusieurs heures, l’incarcération de l’ancien président de la transition de 2008-2009 Capitaine Moussa Dadis Camara et certains membres du CNDD, chacun réagit à cette actualité brûlante. C’est le cas d’un ancien ministre garde des sceaux sous l’air du Président Alpha Condé qui s’est prononcé sur ce dossier.

    Pour Me Cheick Sako, la liberté et le droit de tous les accusés doivent être respectés dans ce dossier du massacre du 28 septembre 2009. Plus loin, il affirme que l’ancien ministre de la défense d’alors doit pouvoir venir s’expliquer.

    «  Il faut que les accusés puissent s’exprimer en toute liberté et que leurs droits soient absolument respectés. A côté des victimes et des accusés qui sont présumés innocents pour l’instant, il y a les témoins. Le général Sékouba Konaté doit pouvoir venir s’expliquer. François Fall a lui-même dit qu’il viendra s’il est convoqué. Il faudrait faire venir tous les témoins qui savent quelque chose dans ce procès pour que la vérité puisse sortir. Sans cela nous allons voir un procès bancal. Il y a des témoins à Dakar, Abidjan, Bamako. Il y a beaucoup de femmes victimes à Dakar, il faut pouvoir les faire venir, les prendre en charge, les protéger pour qu’elles puissent mieux expliquer ce qu’elles ont vécu. C’est après tout cela on parlera de procès juste et équitable qui permettra d’exorciser le mal guinéen qui est l’impunité »

    Il faut aussi rappeler que ce procès tant attendu depuis plus de 13 ans, s’ouvre demain mercredi 28 septembre à Conakry. Reste à savoir si le Général Sékouba Konaté viendra. L’avenir nous en dira plus.

  • Sport et paix : FAMa et Casques bleus affrontent l’équipe de Tessalit

    Sport et paix : FAMa et Casques bleus affrontent l’équipe de Tessalit

    Le coup d’envoi du match de la finale du tournoi de la cohésion sociale a été donné le 22 septembre 2022. Il opposait l’équipe composée du détachement des FAMa et des Casques bleus du contingent tchadien de la MINUSMA contre celle des jeunes de Tessalit.

    La victoire de la confiance sur la méfiance…

    Pour la petite histoire, c’est l’équipe des militaires qui s’est imposée un (3) à zéro (0) face à celle de Tessalit, au terme d’une rencontre âprement disputée. Au-delà de cet évènement sportif, ce fut une belle occasion pour renforcer davantage les liens de confiance entre les soldats de la paix, les éléments des Forces armées maliennes et la population. Les jeunes n’ont pas manqué de manifester leur joie, et ont informé qu’un prochain tournoi de football, inclura des équipes de la région de Kidal. Une initiative d’ores et déjà favorablement accueillie et fortement encouragée par la MINUSMA.

    La victoire des militaires sur les jeunes de Tessalit, « est la victoire de la confiance sur la méfiance. C’est aussi la victoire de la paix sur les tensions communautaires » comme l’a indiqué Abou Ehya AG EMAKADAY, Président du Conseil de la Jeunesse de Tessalit. Dans la même perspective, Ismael Ag MOHAMED, adjoint au Maire, a invité les jeunes et la population de Tessalit à rester dans cette dynamique afin de ramener la paix et la cohésion dans la localité.

    Le Commandant du détachement des FAMa à Tessalit, ce match a été une opportunité pour se rapprocher davantage de la population et consolider les relations de confiance. Pour leur part, les Casque bleus de la MINUSMA ont salué la participation massive de la population de Tessalit à ce tournoi, signe de son engagement en faveur de la recherche d’une paix durable et de la restauration de la cohésion sociale.

    Les demi-finales ont été jouées les 17 et 18 septembre 2022 pour aboutir à cette finale. Le tournoi a été baptisé « finale de la cohésion sociale » et visait un double objectif à savoir la promotion de la cohésion sociale, l’instauration et le renforcement d’un climat de confiance entre les FAMa et Casques bleus et les communautés, gage d’un environnement protecteur.