LA FETE DE L’INDEPENDANCE AU MALI : UN 22 SEPTEMBRE PAS COMME LES AUTRES

22 septembre 1960, 22 septembre 2022 cela  fait pratiquement 62 ans que le Mali à accéder à l’indépendance. Une indépendance juste de nom, car le Mali  comme les autres pays africains n’ont  pas véritablement obtenu leur liberté et leur souveraineté. Les pays  qui ont été colonialisés par la France sont toujopurs soumis au diktat de ce pays et leur indépendance n’est qu’une illusion tout comme leur souvéraineté, et leur dignité. Et finalement  comme un reveil brutal d’un martyrisé, le Mali est sur la voie de sortir des ailles de son paternaliste qu’est la France. Et il semble determiner à  faire respecter sa souvéraineité aux yeux du monde entier.

En effet, la fête de l’independance de notre pays sera célébrée ce jeudi.  La particularité de cette année est qu’elle sera célébrée dans un contexte particulier marqué non seulement par une crise sécuritaire et sociale gravissime, mais aussi par une rupture entre le Mali et la France. Aujourd’hui il est incontestable et on peut affirmer haut et fort sans risque de se tromper  que le  Mali est sur la voie de la rupture avec son ancien colonisateur. Il  veut assumer pleinement et entièrement  son indépendance vis-à-vis de la France que Bamako taxe d’être responsable de son malheur. Mesurant toutes les conséquences de leurs choix politiques, les autorités de la transition ont voulu envoyer un message clair aux autres pays avides de liberté et d’indépendance à se joindre à ce noble combat pour une Afrique libre et prospère ne comptant que sur ses ressources humaines et ses immenses richesses économiques et financières. Les autorités maliennes se disent déterminées en dépit  d’un climat d’insécurité et de crise  socio-politique et économique recurrentes.

La fête d’indépendance de cette année sera  célébrée dans un contexte de méfiance, mais aussi d’affirmation de la souveraineté. Méfiance vis-à-vis de l’ancien colonisateur, méfiance également visà vis des pays voisins comme ceux de la CEDEAO qui ne sont pas en odeur de saintété avec le Mali.  Il y aura certainement des discours, de défilés militaires, et des décorations.

En somme si la célébration de la fête de l’indépendance devrait être une occasion de se remémorer, celle de cette année doit être historique et d’après Sekou Touré ‘’ Il n’y a pas de dignité sans liberté, nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ‘’.

Oumou SISSOKO

leave a reply