MISE EN PLACE DE L’OBSERVATOIRE NATIONAL DES RISQUES PROFESSIONNELS : d’importantes recommandations formulées par les participants à Sikasso

Les lampions se sont éteints sur les travaux du second atelier préparatoire de la mise en place de l’Observatoire national des risques professionnels au Mali qui s’est déroulé à Sikasso du 31 août au 2 septembre 2022. Les participants ont privilégié une approche inclusive et participative avec de fortes recommandations indispensables à l’atteinte des objectifs de ce précieux outil d’aide à la décision en matière de gestion des risques professionnels.

Informer et sensibiliser les acteurs du monde du travail des régions de Sikasso, Koutiala et Bougouni sur les enjeux des risques professionnels au sein des entreprises et faire des propositions de dispositif de collecte, de traitement, d’analyse et de diffusion des données statistiques relatives aux risques professionnels ! Tel était l’objectif visé par le second atelier préparatoire de la mise en place de l’Observatoire national des risques professionnels au Mali qui s’est déroulé à Sikasso du 31 août au 2 septembre 2022. Un atelier entièrement financé par l’Institut national de prévoyance sociale (INPS).

Cet atelier a essentiellement porté sur des présentations et des travaux de groupe. Les présentation  ont porté sur, entre autres, rôle et place de l’Observatoire national des risques professionnels ; généralités sur les facteurs pathogènes en milieu de travail ; système de collecte et production des statistiques ; place des statistiques des risques professionnels dans l’opérationnalisation de l’Observatoire national des risques professionnels…

Les travaux de groupes ont porté sur deux thèmes majeurs : la mise en place et le fonctionnement de l’Observatoire national des risques professionnels et le dispositif de collecte, de traitement, d’analyse et de diffusion des données ; et du système de management en santé sécurité au travail dans les mines. Très participative, la méthodologie était axée sur des présentations PowerPoint suivies de discussions et des travaux de groupes thématiques suivis de plénière.

Les débats ont porté essentiellement sur la définition de l’Observatoire, ses missions, la révision de la liste des maladies professionnelles, les actions menées par les mines en faveur des communautés riveraines et surtout les jeunes, le seuil de performance en prévention et le taux d’indemnité prise en charge au Mali, fermeture des droits des assurés AMO, la part des accidents de trajet sur l’ensemble des accidents de travail, les étapes de la mise en œuvre de l’observatoire national des risques professionnels, les outils de collecte des données en matière d’accident du travail et maladies professionnelles, les stratégies et les moyens de diffusion des résultats de l’Observatoire.

A la lumière des discussions sur l’ensemble des présentations et les travaux de groupe, d’importantes recommandations ont été formulées. Il s’agit, pour tous les Organismes de sécurité sociale des pays membres de l’IAPRP de faire des plaidoyers pour l’adoption des textes facilitant la gestion des données statistiques en tenant compte de la problématique de protection de celles qui ont un caractère personnel ; la révision du Code du travail incluant les risques psychosociaux pouvant porter atteinte à l’intégrité physique et mentale des travailleurs ; la création d’un document relatif à l’évaluation des risques professionnels (document unique) et les principes généraux de la prévention ; l’élaboration d’un texte législatif pour l’Observatoire ; l’envoi des données au niveau régional par trimestre ; l’introduction dans le système éducatif professionnel des modules sur l’hygiène, la santé, sécurité au travail ; l’élaboration d’un document unique en matière de santé sécurité au travail et l’institutionnalisation des visites médicales périodiques des travailleurs.

Une belle avancée vers une bonne gouvernance et plus de transparence dans le management des risques professionnels

Comme à Kayes, qui a accueilli le premier atelier régional du 1er au 3 août 2022), les participants et les autorités régionales de Sikasso se sont félicitées de la tenue de cet atelier et des perspectives qu’offre la mise en place de l’Observatoire national des risques professionnels au Mali.

A l’ouverture de l’atelier, le Directeur Général adjoint de l’INPS avait rappelé que «l’Observatoire national des risques professionnels a pour but d’identifier l’ensemble des risques, y compris les risques nouveaux et émergents concernant la sécurité et la santé au travail afin d’améliorer la rapidité et l’efficacité des mesures préventives. Il a pour missions le recueil et la collecte des données relatives aux facteurs de risques professionnels et, notamment celles relatives aux accidents de travail et des maladies professionnelles ; le traitement, l’analyse, la préconisation des mesures préventives et la diffusion des données».

Profitant de cette belle opportunité, Dr. Mamadou Bakary Diakité n’a pas manqué de préciser que «l’observatoire fonctionnera en réseau de partenariat du niveau national jusqu’au sein de l’entreprise… L’opérationnalisation de l’observatoire conduira à une bonne gouvernance et à plus de transparence dans le management des risques professionnels tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau des organismes assureurs». C’est pourquoi il a souhaité  l’implication de tous les acteurs (administration, patronat, travailleurs et les spécialistes en santé sécurité au travail) afin de détecter les différents problèmes de sécurité et de santé dans nos entreprises et d’y apporter les corrections appropriées. Il a conclu en invitant l’ensemble des participants à s’impliquer pour que les travaux soient sanctionnés par des recommandations pertinentes.

Pour sa part, le gouverneur de la région de Sikasso, M. Daniel Dembélé, a salué la Direction générale de l’INPS pour son leadership dans le processus de mise en place d’un Observatoire national des risques professionnels dans notre pays. Le chef de l’exécutif régional a également donné l’assurance que les services du travail ainsi que les entreprises de la région de Sikasso ne ménageront aucun effort pour mettre pleinement en œuvre les activités de ce nouvel outil qui sera mis en place très prochainement.

Après Kayes et Sikasso, le 3e atelier régional est programmé à Ségou avant l’atelier national de validation à Bamako.

Moussa Bolly

leave a reply