RETRAIT DE BARKHANE ET TAKUBA : Bon débarras scandent des manifestants sur la Place de l’Indépendance

Près d’un millier de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi du samedi (19 février 2022 sur la Place de l’Indépendance à Bamako à l’appel du Mouvement «Yèrèwolo debout sur les remparts» pour célébrer le retrait militaire de la France annoncé jeudi dernier (17 février 2022) par le président Emmanuel Macron de la France. Au cours de cette manifestation anti-française et anti-européenne, les manifestants ont délibérément brûlé les drapeaux de la France et de l’Union européenne (UE) pour ainsi exprimer leur colère. Par contre, certains ont porté des drapeaux russes et maliens pour exprimer leur soutien à la coopération maliano-russe.

«La France a été chassée. Si elle reste, elle devient une force d’occupation», a martelé un responsable du mouvement en appuyant ainsi les autorités maliennes qui ont exigé hier vendredi le «retrait sans délai» des forces Barkhane et Takuba. Et cela contrairement au chronogramme annoncé par la France et qui va s’étaler sur 4 à 6 mois. «Nous avons demandé aux patriotes de s’enregistrer pour former une brigade afin d’aider  Barkhane à faire sortir ses bagages… Nous avons ainsi mobilisé 2 000 jeunes à Gao pour aider Barkhane à faire ses bagages», a déclaré à la foule Adama Diarra dit «Ben le cerveau», un activiste visé par les sanctions de l’Union européenne comme quatre autres personnalités maliennes, dont le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga.

En dehors de ce meeting, des voix continuent à s’élever pour saluer le retrait militaire de la France du Mali. «La sécurisation des personnes et de leurs biens est une mission régalienne des forces armées maliennes et non étrangères», a souligné M. Ibrahima Sangho, responsable de la «Synergie 22», une organisation de la société civile malienne.

leave a reply