STEPHEN OMOLLO, PDG PLAN INTERNATIONAL : « Ne pas agir maintenant, c’est laisser tomber toute une génération »

Le nouveau PDG de Plan International, M. Stephen Omollo, a rencontré les jeunes d’Afrique de l’Ouest et du Centre (Waca) au cours d’une journée d’échange. C’était samedi 26 mars 2022, dans la salle de conférence de ladite organisation, sise à Sotuba, en présence de M. Rotimi Djossaya, directeur exécutif régional Afrique de l’Ouest et du Centre ; Constant Tchona, Directeur-pays.

Après sa nomination en février 2022, le nouveau CEO de Plan International, M. Stephen Omollo a choisi le Mali, pays confronté à une crise multidimensionnelle, pour sa toute première mission en dehors du Royaume Uni.

Cette présente rencontre  d’échanges a regroupé plusieurs jeunes du Mali et du Centre de l’Afrique, dont certains en présentiel et  d’autres en visioconférence.

Ces 4 jours de visite du PDG Omollo au Mali est une opportunité de discuter de visu avec ses collaborateurs et de rencontrer les différents partenaires. Pour l’hôte du jour, plusieurs pays prennent part à cet échange, dont le Mali, la Guinée, le Ghana, le Benin, le Niger, etc.

Une occasion pour le PDG d’évaluer de visu la déclinaison locale de la stratégie quinquennale de Plan International qui vise à toucher plus de cent (100) millions de jeunes filles à travers le monde et trois (03) millions de filles dans le contexte particulier du Mali d’ici 2023.

Pendant son séjour, il va rencontrer les populations à la base, spécifiquement les partenaires impliqués dans l’assistance aux enfants, aux femmes et jeunes,  les plus vulnérables et plus affectées par la crise multidimensionnelle que vit le Mali depuis une dizaine d’années.

Trois sujets ont été débattus lors de cette rencontre, à savoir : l’impact du sommet mondial des filles au Togo, modéré par Mlle  Hadizatou Dao ; le deuxième sujet de discussion portait sur le Youth Challenge Funds, comment en faire davantage pour les jeunes, les fonds d’appui à la jeunesse et aussi l’impact de ces fonds et les réalisations dans le cadre de l’appuis à la jeunesse ; et le troisième portait sur l’activisme des jeunes au Mali, comment les soutenir dans un contexte multi-crise, piloté par Néné Goïta.

Pour les jeunes intervenants, le sommet fut une expérience très enrichissante à plusieurs niveaux. Il a beaucoup impacté sur leur combat d’activisme.

Après la série des questions et réponses, les jeunes activistes ont fait des recommandations au nouveau patron.

  1. Stephen Omollo a rassuré de remonter les doléances au plus haut sommet car, il urge d’agir maintenant et tout de suite, car il est « essentiel de concilier approches globales et communautaires dans la mise en œuvre de toute stratégie ».

À l’en croire, face à l’aggravation des inégalités du recul stupéfiant en matière des droits des filles, « nous sommes tenus de faire plus, non seulement au niveau local communautaire, mais également sur le plan global ».

Il a déclaré qu’il doit travailler avec les filles et les jeunes activistes pour créer un monde plus juste et durable. « Ne pas agir maintenant équivaudrait à laisser tomber toute une génération ».

A.T

 

leave a reply