«TAANE» : Un chef d’œuvre qui a déjà conquis les cinéphiles maliens

Après la projection pour la presse et les professionnels du cinéma à l’Institut français du Mali (IFM) le 22 mars dernier, la grande première du film «Taane» a eu lieu samedi dernier (26 mars 2022) au Centre international des conférences de Bamako (CICB) en présence de nombreuses personnalités et de nombreux cinéphiles. A dominante comique «Taane» (tante en bambara) raconte l’histoire d’un Mali rêvé, un Mali de paix, de bonne gouvernance socio-familiale, de pudeur à travers les outils modernes et les opportunités qu’offre le monde d’aujourd’hui.

Produite par BlonBa et Tirera Films, cette fiction de 2h20 minutes a été réalisée par Alioune Ifra Ndiaye. «Taane, n’ayons pas peur de le confesser, est incontestablement une réussite cinématographique. De l’œil avisé de l’auteur-réalisateur, au talent des comédiens et à la dextérité des techniciens sans oublier les heures entières consacrées à la post-production», a reconnu M. Modibo Souaré, Directeur Général, Centre National de la Cinématographie du Mali (CNCM).

Un avis largement partagé par ceux qui ont eu le privilège d’assister à cette grande première et qui ont salué «un chef d’œuvre qui vient enrichir qualitativement le répertoire cinématographique malien» Ce qui ne surprend guère car, en plus du talent incontesté du réalisateur, ce casting du film a réuni plusieurs comédiens talentueux du pays (Fatoumata Coulibaly dit FC, Magma Gabriel Konaté, Hamadoun Kassogué, Ismael NDiaye Ismo, Alima Djoba Togola, Tiéblé Traoré, Drissa Diakité dit Driquinze, Bijou Siraba, Souleymane Doumbia dit Dantony Solo, Djimé Kanté, Djamy Sacko, Cheick Siriman Sissoko…). Au-delà de l’humour, c’est une œuvre qui projette une société malienne pleine de valeurs et d’acceptation de l’autre malgré la différence.

«Taane» est aussi le fruit d’un financement atypique puisqu’une bonne frange de Maliens y ont contribué. «Le film a été financé localement par 80 % de maliens et structures maliennes. Les partenaires sont venus renforcer ce financement national. Il y a environ 47 personnes qui ont mis les mains dans la poche entre dix mille et trois millions», a précisé Alioune Ifra Ndiaye.